01/07/2014

Du parti et des hommes...

 

(article paru dans Lausanne Cités du 25-26 juin 2014)

 

Les turbulences qui ont secoué le PDC Vaud il y a deux semaines ont mis en lumière une question centrale : quel est la raison d’être d’un parti politique ? Fondamentalement, il s’agit d’une association d’individus qui se reconnaissent dans des valeurs communes et un projet pour la société, et qui s’efforcent de convaincre les citoyens de leur confier la gestion des affaires publiques. La condition de son existence réside en sa capacité de présenter des listes aux élections et de faire élire le maximum de candidats.

 

Dans ce contexte, bien entendu, le fait de pouvoir compter sur des personnalités reconnues est très important, surtout pour les petits partis. Néanmoins, c’est la solidité de la liste dans son entier qui fait la différence. Un large succès personnel ne peut remplacer la force du collectif. Seule une formation unie et cohérente, ayant clairement défini ses objectifs, peut toucher au but. C’est pourquoi les partis définissent une ligne forte, démocratiquement soumise aux militants, qui réunit autour d’elle tous ceux et celles qui s’y reconnaissent.

 

De fait, aucun parti politique ne peut bâtir sa trajectoire autour de l’une ou l’autre personnalité, aussi brillante fût-elle. Il doit se réjouir de pouvoir compter sur des figures prééminentes, mais il est de sa responsabilité d’assurer l’« après ». La question de savoir si une position d’élu appartient à l’individu qui l’occupe ou au parti devient donc sans objet : les deux propositions sont vraies car l’une ne va pas sans l’autre. Tout l’enjeu réside dans le calendrier. Une personnalité, même exceptionnelle, ne peut incarner qu’un temps du parti. Ce dernier, lui, se doit de se construire sur le long terme. Car ce sont ses valeurs fondamentales qui sont en jeu.

 

Commentaires

@Monsieur Marion excellent article auquel si vous permettez on pourrait ajouter que les nombreuses distorsions relationnelles qu'on soit mariés ou pas doivent sans doute affecter le monde politique dont un parti célèbre qui n' hésite pas à menacer d'amendes pour qui ne triera pas amoureusement ces déchets/rire
Tandis qu'un autre parcontre n'hésite pas à afficher ses relations féminines en prônant la stabilité du couple oubliant du coup le ressenti profond des enfants
Comment Messieurs voulez vous être pris au sérieux surtout quand on sait les loups entrés dans la bergerie?
Trop parler nuit dit un vieil adage .Nos anciens politiciens en avaient sûrement pris de la graine car jamais il n'y a eut autant d'incohérences au paradis des politiciens
Il est vrai aussi que nos anciens ne mélangeaient pas les torchons avec les serviettes ,leur vie privée n'était pas étalée aux yeux de tous .Eux avaient à cœur de la protéger
L'instant d'un flash ayant photographié nos Conseillers Fédéraux semble avoir fait disparaitre l'incohérence absente ce n'est qu'illusion n'en doutons pas tandis qu'à l'arrière veille des troupes animées de projets d'origine New âge et stupides lesquels semblent durables puisque même la famille traditionnelle est de plus en plus menacée avec grand risque de finir en containers sur lequel on inscrira déchets à brûler pour éviter tout risque de contamination ce qui devrait être pour les chaussures en plastic recyclé responsables de mycoses plantaires
En observant le monde politique actuel on serait tenté de voir un bizutage de la part des jeunes en culottes courtes et de toutes les couleurs pour piéger les plus âgés,c'est l'impression ressentie par beaucoup de citoyens
Les loups aux dents blanches arrivés à Berne vous feraient-ils peur à ce point Messieurs ?si oui on comprend la ronflée de Monsieur Blocher
Un livre écrit par un ancien socialiste et scientifique/Jean de Kevasdoué pour ne pas le nommer l'affirme *ils ont tous perdu la raison*
Toute belle soirée pour Vous Monsieur et encore merci pour votre blog

Écrit par : lovsmeralda | 05/07/2014

Les commentaires sont fermés.